De Puerto-Rico à Morehead en passant par les Bahamas

De Puerto-Rico à Morehead en passant par les Bahamas

with Aucun commentaire

17 Mai

Nous avons effectué la clearance pour aller aux Bahamas ce matin, cela a pris plusieurs heures. La douane de Puerto-Rico ne se déplace pas ou plus, tout est fait par téléphone, internet et fax.Ils s’étonnent que nous voulions ce papier qui n’est jamais demandé aux Bahamas (dixit la douane américaine).
Nous quittons cette île à regret, le climat est agréable, les gens sympathiques, les mouillages de la côte sud et ouest calmes (en cette saison) mais la saison cyclonique se rapproche et nous devons remonter au nord.
 

22 Mai

Les fichiers météo annoncent un temps de demoiselle. Effectivement après un départ calme nous nous heurtons 3j plus tard à la pétrole. Spi assymétrique, trinquette + grand-voile n’y feront rien le speedo reste coincé à 2N. La mer est croisée. Pas terrible. Nous avions prévu d’aller directement à  George town sur Exuma. Changement de programme direction Mayaguana pour un peu de repos et effectuer notre entrée aux Bahamas. Nous y arrivons le 22/05 après 5j de mer et 467M au compteur. Nous n’avons jamais été aussi lentement.
 
Après une bonne nuit de sommeil nous débarquons pour obtenir les visas, le cruising licence et le permis de pêche.
  • Désolé nous n’avons plus de formulaires
  • ??!!
  • Vous pouvez aller à Inagua faire votre entrée
  • 70Nm SW, donc marche arrière et puis remontée au vent pour revenir. Pouvons-nous la faire à George town ?
  • Pas de problème, à George town c’est bien aussi.
  • Bonne fin d’aprés-midi.
Après une petite balade sur l’île où nous rencontrons pratiquement personne.Une petite maison toute bleue accueille BTC (Bahamas Telecommunication company). Les prix exorbitants pour un mois de forfait. N’ayant pas la dernière météo nous sollicitons la possibilité d’utiliser la Wifi de l’agence. Il n’y en a pas mais vous pouvez vous connecter sur mon téléphone personnel en hotspot. Aussitôt dit, aussitôt fait. Quelle gentillesse !!

Nous retournons à l’annexe avec nos précieux fichiers météo. La marée à baisser il n’y a pratiquement plus d’eau. A l’aller nous avions effleuré le fond, le retour risque d’être un peu stressant. Près du ponton, des pêcheurs nettoient des conches. Nous profitons donc de l’aubaine pour en acheter. Goût entre l’encornet et le poulpe . Il faut aussi le frapper pour l’attendrir avant que de le cuire. Nous aimons beaucoup.

Il a eu le culot de faire ses besoins sur les panneaux solaires.
Heureux !!!

23 Mai

En route pour George town en début d’après-midi après le déjeuner au conche. Sous l’île la mer est plate et le vent soutenu nous avançons à 7,5N. Passé la protection de l’île, le vent tombe et nous retombons à un petit 4,5N sur une mer agitée. Il nous faudra 2j pour atteindre George Town.Nous sortons le spi assymétrique.Il n’aura jamais autant servi, nous qui envisagions de le vendre en Martinique.

C’est samedi les douanes et l’immigration sont fermées. Normalement lundi … Enfin, peut-être.

C’est lundi, c’est ouvert. Mais ils veulent nous confisquer le fusil sous-marin !! tout ce qui a une gâchette est interdit !! Ils nous le rendrons à notre sortie des Bahamas, mais il faut repasser par George town, sinon nous vous l’expédions à votre charge (évidemment). Je vais donc chercher l’objet sur le bateau et lui retire flèche et élastique puisque cela est autorisé. Ils ont pas apprécié, mais nous ont quand même fourni le « Cruising permit ». Contre la modique somme de 150B$, heureusement nous faisosns moins de 35ft sinon c’est 300B$ .Bahamas $ = US $ juste les billets changent, ils acceptent les billets en $, tu te retrouves avec un mélange de monnaie très complexe quand il s’agit des pièces.

 
Suite à des manipulations malencontreuses nous avions vidé la bouteille de 9kg de LPG en moins d’un mois et pour couronner le tout, perdu la rondelle conique assurant l’étanchéité entre la bouteille et le raccord. Nous devons impérativement trouver cette pièce car nous sommes sur la dernière CampingGaz. Le magasin « leroy Merlin » est a 4kms. Nous avons fait cette balade dimanche, pas trop d’arbres, au retour tard dans l’après-midi nous avions essayé le stop. Quelques minutes après un taxi qui allait chercher un client à notre destination nous prend gratuitement. Les gens sont formidables. Nous tentons donc de nouveau le stop. Et ça marche. Au magasin pas de rondelle conique. Avec des rondelles toriques de différents diamètres j’espère obtenir le même résultat. Retour en stop. J’ai mes rondelles mais ici il n’échange pas cette taille de bouteille. Dans la prochaine île, peut-être personne ne sait. Autre solution la mettre sur le ferry pour Nassau et la récupérer dans une semaine …
Nous allons remonter lentement  Exuma Islands :  Children cay, Leestocking island, Rudder cut cay, Great guana cay, Thunderball cave, Aquarium O’brien cay, Hall pond cay, Exuma Park.
La navigation n’est pas trop difficile deux facteurs à prendre en compte :
– Souvent pas beaucoup d’eau sous la quille,
– des courants de marée violents,
Nous effectuons des petits sauts de puce pour conjuguer hauteur d’eau et courant. Cela ne nous a pas privé de toucher à 2 Noeuds dans un fond de sable. Après vérification visuelle nous étions sur une petite bosse où l’une des quilles s’était bien enfoncée, nous avons pu nous dégagé assez rapidement. Nous sommes un peu en retard la marée redescends, la main sur une des marches de l’échelle la tête dans l’eau avec le masque. j’ai guidé Janice. Fatiguant et stressant nous décidons de faire demi-tour. Pour le reste de l’exploration de Exumas nous passerons toujours par l’extérieur (côté est) des îles et rentrée par les passes.
Les catamarans restent à l’intérieur et peuvent mouiller dans des coins qui nous sont inaccessibles.
Dans les passes nous avons plusieurs fois atteint 8N avec un moteur au ralenti et lors l’étal.
Nous rencontrons peu d’autres voyageurs, la saison est finie.
Janice un peu plus rassurée pour mettre la tête sous l’eau nous visiterons les grottes où ils ont tourné une des scènes d’un vieux James Bond (j’ai oublié le titre). Dans la grotte le courant est soudainement violent ce n’est plus l’étal. Ah! l’étal, l’étal !! Janice a des difficultés à maintenir sa position. Avec un peu d’aide nous ressortons. Le lendemain le courant est encore plus violent et il faut plonger profond en apnée pour atteindre la grande grotte où le plafond s’est dangereusement rapproché de l’eau. Après mon exploration elle décide, et elle a raison j’ai du lutter contre le courant pour ressortir, de rester dans l’annexe.
Visite aux cochons nageurs. Un coup commercial de génie. Dépôt d’un couple de cochons sur la plage, ils se reproduisent, un peu de pub, les touristes viennent les voir et les nourrissent, les cochons vont donc dans l’eau, ils sont donc « propres », de temps en temps organisation d’un grand barbecue. La boucle est bouclée. Génial.
L’eau est partout transparente (trop d’eau javel ?), dans l’ensemble nous avons trouvé les fonds un peu pauvres, et les courants ne permettent pas de se baigner facilement. 
Nous avons toujours eu mer plate et peu de vent. Le spi asymétrique que nous envisagions de vendre enMartinique n’est jamais autant sorti de son sac depuis Porto Rico, depuis dix ans d’ailleurs.
Visite aux cochons nageurs. Un coup commercial de génie. Dépôt d’un couple de cochons sur la plage, ils se reproduisent, un peu de pub, les touristes viennent les voir et les nourrissent, les cochons vont donc dans l’eau, ils sont donc « propres », de temps en temps organisation d’un grand barbecue. La boucle est bouclée. Génial.

13 juin

Nous quittons Exuma pour les Abacos où nous mouillons à Cupid cay. Le nom n’es pas usurpé. Nous trouvons enfin une bouteille de gaz, deux fois le prix de Puerto-Rico. Le montage avec les joints toriques fonctionne à merveille, nous sommes tranquilles pour 3 mois.

Le soir nous nous baladons sur la jetée, l’endroit n’est pas très animé. Demain barbecue de poulet ou de poisson. Uniquement une fois par semaine. Nous choisissons le poulet, le poisson est beaucoup trop cuit. La bière est bonne.

Demain direction Freeport pour faire notre sortie.

18 juin

La passe pour rentrer à Freeport, comme toute la région est soumise à de fort courant. A l’intérieur c’est le calme plat. Nous mouillons dans un trou de souris, seul endroit possible et où deux bateaux seraient à l’étroit.

La sortie ou check-out peut se faire directement à la marina de l’autre côté du mouillage.

 

Les Bahamas ne m’ont pas emballé. La nature n’y est pas aussi exubérante que dans les Caraïbes. La navigation n’est pas propice au monocoque il est préférable d’avoir un catamaran. Les prix sont exorbitants, il faut faire un maximum de provision frais, conserve et congelé (nous n’avons pas de congélateur).

20 juin

Direction Morehead City que nous atteindrons le 25 Juin.

Nous décidons d’aller dans une marina pour faire les papiers d’entrée plus facilement. Malheureusement la douane ne se déplace plus, ils nous faut prendre un taxi. La marina s’en occupe nous n’avons pas encore de N° de Tél US.

La douane américaine a été cool, faisant des blagues sur leur président sans le nommer. Une grande rigolade.

Puis ils nous ont bien expliqués pour la durée du séjour limité à 6 mois. En réalité la loi n’est pas claire. Six mois par an ? Six après chaque re-entrée ? En fait cela dépends du douanier !!! Et de lui seul, son supérieur ne peut pas changer sa décision !!! Cette fois-ci nous avons jusqu’au 23/12 ce qui sera bien suffisant.

Direction le supermarché. 
Pour le retour une charmante femme nous voyant marcher à l’entrée du parking du supermarché nous a proposé de nous ramener au bateau (12 kms) lorsque nous aurons fini nos courses. 

26 juin

Direction Beaufort où le douanier nous a conseillé d’aller mouiller.
Charmante bourgade, Joli musée maritime, Bon bar à bière.
L’île en face est une réserve naturelle où nous irons nous balader.
Prochaine étape la remontée vers Norfolk par la Inter Costal Warterway.